logo huile originelle side nav
logo huile originelle side nav
Interview Patrick Bruel Interview Patrick Bruel Interview Patrick Bruel Interview Patrick Bruel
Rencontre avec Patrick Bruel
Que signifie LEOS ?
LEOS est le nom que j’ai donné à la société civile d’exploitation agricole qui gère le domaine. C’est une contraction des prénoms de mes 2 fils, Léon et Oscar. Ils sont très attachés à la propriété et j’espère qu’ils continueront ce beau projet que j’ai initié pour eux.
Pouvez-vous nous raconter l’histoire du Domaine ?
Le domaine s’étendait sur tout le plateau de Margoye qui constitue historiquement l’origine de la ville de L’Isle-sur-la-Sorgue. Il y avait un oppidum romain puis une commanderie hospitalière qui fut ensuite transformée en ferme agricole à la révolution.

Dans le passé, les terres étaient plantées d’oliviers, de vignes, d’amandiers et de chênes truffiers mais les oliviers ont gelé en février 1956, comme dans presque toute la Provence. Certains oliviers sont repartis du pied mais le terrain n’a plus été exploité depuis cette date.
Quant aux vignes, elles ont été arrachées pour être remplacées par des pins au milieu du XXème. Le reste du terrain a été laissé en friche et la ferme en majeure partie abandonnée, avant de bénéficier d’une première rénovation à partir de 2002.
 
A quelle époque ont été plantés les oliviers ?
Le projet est né quelques mois après que je sois tombé amoureux de la propriété, que j’ai rachetée en 2007, quand j’ai découvert les atouts exceptionnels du Domaine et son histoire. En fait, l’idée de planter des oliviers et de faire une huile d’olive d’exception est née avec la découverte des possibilités du sol en même temps que mon ambition de faire revivre cette propriété historique.

J’ai racheté plusieurs petites parcelles qui en avaient été détachées. Certaines avaient des recépages sauvages d’oliviers.
En parallèle, il a fallu faire un travail considérable de restructuration et de protection de la propriété devenue le tout-terrain privilégié de quelques motards et la faire débroussailler pour la protéger des incendies.

Après ce travail, j’ai pu avec l’aide d’une équipe d’experts passionnés, faire tailler et régénérer les quelques 300 oliviers existants qui nous ont permis, grâce à des boutures, et à des recépages de faire revivre plus de 800 oliviers « Aglandau ».
Enfin, entre 2011 et 2015, nous avons planté plus de 1.000 oliviers.

huile olive
 
D’où vous vient votre passion pour l’huile d’olive ?
Ma passion est d’abord née avec mon amour de l’olivier ! L’olivier, c’est l’arbre de la vie par excellence ! C’est un symbole de sagesse, de pureté et de bien-être mais c’est aussi l’arbre symbole de la paix dans presque toutes les civilisations et les religions du monde !
Cela dit, l’huile d’olive a accompagné toute mon enfance. Je pense même qu’elle a forgé mon goût. A la maison, on ne cuisinait pas beaucoup au beurre !

Quand j’ai commencé à travailler sur le projet d’huile d’olive, j’ai découvert à quel point ce produit possédait des vertus extraordinaires. Je ne savais pas que c’était la déesse grecque Athéna, la fille de Zeus, qui en a fait un arbre immortel et divin capable à la fois de guider et de nourrir les hommes mais aussi, ce que l’on sait moins, de les soigner. L’huile d’olive extra-vierge contient de nombreuses propriétés bénéfiques reconnues aujourd’hui pour la santé, notamment sur le plan cardio-vasculaire, mais aussi contre certains cancers grâce à ses polyphénols antioxydants, et sa teneur en provitamine A Carotène, vitamine E et acides gras mono insaturés.
Comment avez-vous fait pour atteindre le niveau de qualité que vous souhaitiez ?
Pour moi, produire une huile d’olive d’exception, c’est avant tout un métier de créateur ! C’est autant une affaire de passion et de partage que d’exigence et de talents. J’ai donc fait comme j’avais l’habitude de faire dans mon métier d’artiste : j’ai recherché des talents et j’ai constitué une équipe formidable avec qui je partage aujourd’hui une même passion et une ambition commune pour l’huile d’olive et pour le Domaine Leos !
J’ai été surpris par la richesse et la complexité de l’huile d’olive. Autant j’avais le sentiment de connaitre un petit peu les vins, mon autre passion dans les produits du terroir, autant j’ai mesuré tout de suite le chemin qui me restait à parcourir pour connaitre l’huile d’olive. J’ai donc dû apprendre et travailler ! Faire une huile comme L’huile H, cela a été difficile mais l’aventure est passionnante et enthousiasmante !

Aujourd’hui je suis très fier du niveau de qualité qu’on a atteint.
Je suis rassuré pour l’avenir mais je sais que si on veut maintenir notre rêve d’excellence il faut continuer à apprendre et à progresser chaque année. J’aime ce que disait René Char, immense poète natif de L’Isle-sur-la-Sorgue : « L’impossible, nous ne l’atteignons pas, mais il nous sert de lanterne ! »
Vous avez d’autres projets pour l’avenir sur le Domaine Leos ?
J’ai plein de projets pour conforter la « renaissance » du Domaine Leos ! La diversité des plantations et la superficie limitée de chacune est très importante pour l’équilibre biologique du domaine. Nous avons ainsi planté l’année dernière 6000 pieds de lavandins et avons déjà fait une première petite production d’huile essentielle. Nous allons installer ce printemps des ruches pour produire du miel et polliniser les floraisons bios des amandiers existants, du thym sauvage qui couvre le plateau, des lavandins… et bientôt nous allons planter 4 ha de vignes cultivés en biodynamie ! Avec mon équipe, nous travaillons sur tout cela mais nous devons prendre notre temps. L’important à mes yeux, c’est de maintenir un haut niveau de qualité tout en gardant intact le plaisir de les faire et de les goûter; car je crois qu’on ne partage que ce que l’on aime !
 
Patrick bruel
Patrick Maurizot
En charge des oliviers du Domaine Leos
Patrick bruel
Christian Argenson (à droite de l'image)
Expert oléicole